Festival Réunion Graffiti 2020 : block party à la Cité des Arts

Le Festival Réunion Graffiti 2020 a eu lieu du 12 au 25 octobre 2020, à la Cité des Arts.

Suite au workshop, la block party a réuni une vingtaine d’artistes.

Chacun avaient la liberté de sa création.

J’y ai produit un graff intitulé « le clochard céleste », dans la continuité de la toile produite pour le workshop.

Galerie :

Le projet Artémis, avec Ludovic Charles Florent

Voici le making of de la peinture géante que j’ai réalisée sur un réservoir de l’île de la Réunion pour le projet Artémis de Ludovic Charles Florent.

La déesse Artemis, qui de mieux pour représenter ce qu’est l’île de la Réunion, cette fameuse île intense en tension permanente entre l’expansion humaine et la beauté d’un territoire naturel exceptionnel à préserver ?

En tant que photographe, spécialisé dans l’humain, Ludovic Charles Florent s’intéresse essentiellement au portrait et à l’expression corporelle. Il a consacré son œuvre photographique à sublimer le corps de la femme, en lui consacrant grâce et charisme. Il a notamment réalisé la série « poussières d’étoiles » qui a connu un retentissement mondial, avec des expositions en galeries d’art, en festivals, en France et à l’étranger (Etats Unis et Chine).

Arrivé à la Réunion en 2018, il se lance aujourd’hui dans ce nouveau projet d’ampleur.

En ces temps de questionnement majeurs sur le climat, Ludovic Charles Florent souhaite utiliser l’image de cette Déesse majeure de la mythologie grecque, qui représente la nature sauvage, mais aussi la fécondité pour mettre en question le rapport de l’humanité avec notre nature, plus que jamais questionné.

La finalité est de réaliser des œuvres en partenariat avec les Street-artists de l’île de la Réunion, sur des surfaces qui sont des « non-lieux » à mi-distance entre ville et nature, pour y « réparer ces verrues », imposées violemment par l’Homme, en le transformant en œuvres artistiques.

Un modèle vivant, représentation de la Déesse, pose au centre au sein de l’oeuvre finale . La prise de vue est réalisée à l’aide d’un drone.

Les œuvres de cette série « Artémis » sont éphémères. Les éléments climatiques les altéreront pour à terme les faire disparaître totalement, car au final, la nature gagne toujours.

« Immortalisées » par l’image, elles continueront cependant de vivre au sein de nos futures expositions d’art.

Galerie photos

 

Yren et Sare

Nous nous sommes rencontrés durant le Festival Réunion Graffiti 2019.

Originaire de Toulouse, Sare était accompagné de Sike qui venait spécialement pour le festival. Une amitié est née entre nous trois.

Les deux artistes sont des graffeurs bien connu du milieu. Ils font partie du crew TN.

Sare a décidé de rester quelques mois à la Réunion et nous en avons profité pour démarré des collaborations.

Sare m’a lancé le défi de réaliser un perso dans les codes couleurs classiques d’un chrome. J’ai donc peins un visage à l’allure robotique que nous avons entouré de nos deux blazes.

Une journée de graf bien cool…

Opération « Les Graffeurs au grand cœur »

Pour cette opération intitulée « Les Graffeurs au grand cœur », j’ai été invité par Isabelle Mongin, puéricultrice à l’hôpital de Saint-Paul, et Présidente de L’association pour la joie des enfants (APJE) du CHGM de Saint-Paul.

Son objectif est de décorer le nouveau service de Pédiatrie du nouvel hôpital de Saint-Paul, le CHOR, en sollicitant des graffeurs . Le service a ouvert en Mars 2019 . Il accueille des enfants jusque 16 ans.

Sensible à cette demande, je me suis rendu sur place et j’ai effectivement constaté une blancheur des couloirs un peu trop tristounette… C’est donc avec un grand plaisir que j’ai accepté d’apporter un peu de couleur à cet environnement de soins.

Nous avons identifié un emplacement, et fait émerger un projet avec 2 visages d’enfants reliés par des gouttes de couleurs.

J’ai peins du samedi 12 au mardi 23 novembre 2019. Environ 50 heures de travail ont été nécessaires à sa réalisation.

Le premier visage est une interprétation de ma fille Diane quand elle avait environ 3 ans. Le deuxième est celui de Léa, une adolescente d’environ 13 ans, et fille d’une amie.

L’idée est de représenter le passage de l’enfance à l’adolescence, et d’être en correspondance avec le public soigné dans le Service pédiatrie.

J’ai travaillé au pinceau (impossible d’utiliser des bombes…) avec de la peinture Luxens A+ pour éviter tout désagrément pour les enfants malades. J’ai choisi des couleurs douces, un peu pastel.

Durant ce travail au milieu du couloir, j’entendais les enfants pleurer à cause de leurs douleurs…, mais aussi aller mieux grâce aux soins attentifs de l’équipe soignante. J’étais donc partagé entre de la tristesse et de la joie.

De nombreux parents et enfants sont venus me voir peindre et me faire part de leurs compliments : c’était très émouvant.

Une partie de la belle équipe du service avec qui j’ai passé un moment formidable.

Galerie