Reunion Island – Façade à Street Art City

  • Titre de l’œuvre : Reunion Island
  • Dimension : 7m de large sur 8m de haut
  • Dates de réalisation : du mardi 6 juillet 2021 au dimanche 11 juillet 2021
  • Lieu de réalisation : Street Art City

Cette œuvre est un double hommage : à l’île de la Réunion, et à ma fille de 16 ans.

Après avoir réalisé la chambre 126, en juin 2019, comme hommage au Berry dont je suis originaire, et à mon enfance, il m’a semblé logique d’y répondre par une façade mettant l’île de la Réunion à l’honneur.

Je me suis donc inspiré du code couleur du drapeau réunionnais, appelé aussi « Le Volcan rayonnant ».

Ce drapeau est composé de plusieurs éléments :

  • Un triangle qui représente le Piton de la Fournaise et qui symbolise la force.
  • Le rouge qui représente le sang versé en mémoire de l’esclavage aboli en 1848 à La Réunion.
  • Un fond bleu qui représente le ciel et la douceur.
  • Le jaune qui représente le soleil et la clarté
  • Un rayonnement qui symbolise les populations venues peupler La Réunion au fil des siècles.

Par ailleurs, bien qu’originaire de la région de Street Art City, j’ai fait ma vie à l’ile de la Réunion, et mon épouse est originaire de l’île.

Le fruit de notre union, notre fille de 16 ans, à la date de cette réalisation, représente bien évidemment le métissage entre le Berry et la créolité réunionnaise.

Dans la réalisation finale, on retrouve donc les codes couleurs du drapeau réunionnais intégrés au portrait de ma fille, et auxquels s’ajoutent :

  • Un bindi indien jaune signifiant la prospérité, et faisant référence à la forte communauté d’origine indienne vivant à la Réunion.
  • Différentes nuances de vert qui représentent, de façon classique, la nature tropicale et les forêts réunionnaises.
  • Une déclinaison de mauve qui renforce la spiritualité du personnage, et qui lui apporte une touche de noblesse.

Je n’ai pas voulu dessiner de triangle rouge, car cela ne me convenait pas dans la composition. J’ai donc plutôt fait le choix d’une auréole rouge venant renforcer la présence et la force du personnage. Cependant, une pyramide existe entre les deux yeux, comme un clin d’œil quasi subliminale…

Enfin, je n’avais pas fait de maquette préparatoire, juste un crayonné réalisé dans l’aéroport de Saint-Denis de la Réunion, au moment de prendre l’avion. La création a donc entièrement été réalisé sur le mur avec toute la confiance accordée par Sylvie et Gilles, les responsables du site.

Un énorme big up donc, à toute l’équipe de Street Art City que je remercie chaleureusement pour son accueil, sa gentillesse, sa bienveillance et pour toute la force qu’elle m’a donné pour cette création.

Remerciement également pour la participation de la Région Réunion à ce projet.

Fragmentations

Nouvelle série de murs.

Je reste dans mon travail habituel de fragmentation des couleurs, mais cette fois en y rajoutant la fragmentation du visage lui même et jouant avec la texture des murs.

Des couleurs pop (jaune, rouge, bleu, vert, mauve, orange, noir et blanc) composent cette série.

Apparaissent autour du visage des formes géométriques, bubbles, gouttes et vib rappelant les codes du graffiti.

Galerie

 

Festival Réunion Graffiti 2020 : façade de la médiathèque François Mitterrand

Le Festival Réunion Graffiti 2020 a eu lieu du 12 au 25 octobre 2020, à la Cité des Arts.

Suite au workshop et à la block party à la Cité des Arts, j’ai produit une fresque sur la façade de la médiathèque François Mitterrand.

Pour rester dans l’esprit d’une médiathèque, j’ai choisi le thème de John Coltrane, célèbre saxophoniste de jazz, et cher à mon cœur.

Pour la réalisation de cette fresque, j’ai été sponsorisé par Mauvilac.

C’est donc le mur officiel de Mauvilac, dans le cadre de leur partenariat avec le Festival Réunion Graffiti 2020.

Galerie :

 

Le projet Artémis, avec Ludovic Charles Florent

Voici le making of de la peinture géante que j’ai réalisée sur un réservoir de l’île de la Réunion pour le projet Artémis de Ludovic Charles Florent.

La déesse Artemis, qui de mieux pour représenter ce qu’est l’île de la Réunion, cette fameuse île intense en tension permanente entre l’expansion humaine et la beauté d’un territoire naturel exceptionnel à préserver ?

En tant que photographe, spécialisé dans l’humain, Ludovic Charles Florent s’intéresse essentiellement au portrait et à l’expression corporelle. Il a consacré son œuvre photographique à sublimer le corps de la femme, en lui consacrant grâce et charisme. Il a notamment réalisé la série « poussières d’étoiles » qui a connu un retentissement mondial, avec des expositions en galeries d’art, en festivals, en France et à l’étranger (Etats Unis et Chine).

Arrivé à la Réunion en 2018, il se lance aujourd’hui dans ce nouveau projet d’ampleur.

En ces temps de questionnement majeurs sur le climat, Ludovic Charles Florent souhaite utiliser l’image de cette Déesse majeure de la mythologie grecque, qui représente la nature sauvage, mais aussi la fécondité pour mettre en question le rapport de l’humanité avec notre nature, plus que jamais questionné.

La finalité est de réaliser des œuvres en partenariat avec les Street-artists de l’île de la Réunion, sur des surfaces qui sont des « non-lieux » à mi-distance entre ville et nature, pour y « réparer ces verrues », imposées violemment par l’Homme, en le transformant en œuvres artistiques.

Un modèle vivant, représentation de la Déesse, pose au centre au sein de l’oeuvre finale . La prise de vue est réalisée à l’aide d’un drone.

Les œuvres de cette série « Artémis » sont éphémères. Les éléments climatiques les altéreront pour à terme les faire disparaître totalement, car au final, la nature gagne toujours.

« Immortalisées » par l’image, elles continueront cependant de vivre au sein de nos futures expositions d’art.

Galerie photos

 

Adriana

Suite à l’article Adriana fait un carton,

Voici, sur le mur de l’Entre-Deux, la première version d’Adriana.

Je la place entre deux perso préexistants, j’en suis satisfait, mais il manque quelque chose.

yren-adriana

adriana-portrait-web

Je décide alors d’effacer les deux anciens portraits et de faire évoluer la peinture avec un indice rappelant la croix rouge.

adriana-croix-rouge

Pour moi, c’est bon maintenant : quelques retouches, fond blanc, croix rouge, le flop…ça fonctionne.